Ce Forum est réservé aux membres de la guilde Les Exilés sur le royaume Vol'jin de World of Warcraft. La bonne humeur prime dans notre communauté.


    Le heal (1)

    Partagez

    ...

    Messages : 154
    Date d'inscription : 04/11/2011
    Age : 40
    Localisation : Metz

    Le heal (1)

    Message par ... le Jeu 10 Nov - 10:39

    Post extrait du forum officiel Soins : http://eu.battle.net/wow/fr/forum/topic/2868714438

    Les donjons, les raids : on ne cesse de massacrer monstres sur monstres à cœur joie sans ce soucier de quoi que ce soit, si ce n'est des petites barres rouges se présentant en face de nous et qu'il faut descendre au plus vite et si possible en étant premier au compteur dps affiché dans un coin de l'écran (ou parfois au milieu pour ceux qui sont vraiment obnubilés par ce dernier). Mais alors qu'on fait notre petit parcours, on ne prête nullement attention au fait que derrière nous s'affairent les soigneurs, l'infirmerie sur patte, nommés plus communément "heals" dans le jargon de wow, qui sont chargés d'empêcher au groupe d'aller faire quelques petits déplacements en forme fantomatique lorsqu'ils se confrontent aux accueillantes peuplades des lieux qu'ils viennent visiter.

    Le rôle du heal.

    On ne se rend pas vraiment compte du travail fourni par ce personnage marqué d'une petite croix blanche sur un rond vert. Pourtant, alors que dps et tanks se focalisent sur le rouge des ennemis, le heal lui est concentré sur les petites barres vertes de ses compagnons de route qu'il doit sans cesse maintenir, tank en priorité, parce que sinon, ça part de travers et un personnage sans petite barre verte, c'est un perso qui... ne peut plus aller taper dans les packs de monstres, sans parler du temps perdu en déplacements fantomatiques et de l'argent en réparations si tout le groupe finit par y passer.
    Mais il faut le dire : le rôle du heal est loin d'être évident : j'avoue même être admirative en ce qui concerne leurs performances consistant à remonter les vies des autres membres du groupe, à plus forte raison quand il y a des grosses baffes collectives qui se manifestent de part et d'autre. Afin d'en apprendre plus sur ce rôle, je suis partie en reportage en montant une druidesse et voir ce qu'il en était lorsque l'on se retrouve marquée par la petite croix blanche sur fond vert : et bien autant le dire tout de suite, j'ai pu constater (et ce jusqu'aux donjons héro 85) que je suis bien incompétente dans ce domaine, avec les divers cas suivants :

    - Je soigne, je soigne, mais pourquoi la vie du tank ne remonte pas ??? Ah zut, je ne l'ai pas en cible du coup c'est moi qui reçoit les chiffres verts... c'est un peu bête...
    - Le boss est tombé, le reste du groupe est sauf (ou presque), à part une seule qui est ad patres, à savoir moi, qui oublie de temps en temps que s'occuper des quatre autres c'est bien, mais qu'il faudrait aussi se soigner de temps en temps (healeuse pas healée).
    - La situation m'échappe, je ne suis à présent focalisée que sur les petits portraits à gauche, je fait abstraction du reste, à savoir où je me trouve (genre si je me retrouve sur une zone de dégâts, ça serait du pareil au même, hein Neli ?) et en plus, j'en ai mal aux yeux.
    - Le tank est mort, ça fait au moins la septième fois... il doit se poser des questions le pauvre.

    En raid ? Une vraie galère : 10 ou 25 barres qui ne cessent de faire yoyo, j'en suis à balancer mes soins au hasard presque (tiens, récupération sur toi, et puis hop, rétablissement ici, super, croissance sauvage est à nouveau dispo, oh, tiens, j'ai pas grand chose à faire, les deux autres heals doivent se cogner tout mon travail - véridique - allez, je prends le temps de lancer un nourrir, le boss va bientôt tomber, super, je lance tranqui, c'est quand même beau à voir). Non, vraiment, constatant mon incompétence flagrante dans ce rôle, j'ai laissé le bâton de la druidesse pour reprendre l'arc de la chasseresse, au moins je me débrouille un peu mieux avec cet équipement, le heal n'est vraiment pas pour moi (des soupirs de soulagement collectif se font entendre de toutes parts).

    Revenons-en donc aux vrais heals, ceux qui connaissent leur classe et son concept et parviennent à gérer leur fonction tout en allant faire quelques recherche sur google, poster sur facebook, changer de musique sur deezer et je ne sais quoi encore.

    Qu'on le sache tout de suite : généralement, le heal est parfois grognon, c'est indéniable ; après les wipes ou tombages à l'arrachée de boss, on a souvent droit à des "je sais pas si je vais continuer comme ça", "omg comment vous prenez cher !", "Non mais stop se prendre les coulées de laves !" (on peut rajouter plus de "!" si on le veut - sinon, pour la dernière remarque, arriverez-vous à identifier le boss concerné ?). Et oui, étant en quelque sorte le gardien du groupe, le heal a particulièrement l'œil sur les claques qu'il ramasse, et en toute honnêteté, il faut quand même le comprendre, parce que pendant que nous, et je parle en premier lieu des dps (dont je fais partie) faisons les zazous à courir dans tout les sens en regardant (des fois/souvent/tout le temps) le compteur pour maintenir notre place ou dépasser le joueur au-dessus "parce qu'attend un peu toi, mon cd est bientôt dispo alors tu va voir si je vais pas te dépasser et-zut-je-suis-propulsé-en-l'air-par-je-sais-pas-quoi-non-c'est-pas-vrai-le-dps-de-dessous-m'a-rattrapé !", et bien pendant qu'on est affairés à cette activité au final assez bête, le heal, lui, ne cesse de nous courir après en se jurant de nous balancer une bonne saucée après notre wipe histoire de bien remettre les pendules à l'heure parce que lui n'a ni foca ni rage (enfin, si, des fois, mais pas sur son perso) mais bien de la mana, et que si on lui pompe sa petite barre bleue et bien une fois arrivée à zéro, c'est simple, il ne peut plus soigner, c'est pourtant pas compliqué quand même ? Et non, innervation ne redonne pas 80% de mana et n'a pas 15s de recharge (chers chamans, prêtres et paladin, je suis désolée si je ne peux faire de citations quand à votre classe, mais pour le bien-être des autres joueurs, j'ai préféré m'arrêter au druide dans ma pratique du heal).

    Bien entendu, certains dps ne peuvent s'empêcher de rétorquer, cela peut aller à la noyade désespérée de poisson à la pure mauvaise foi, mais il est quand même bien difficile de la ramener sur des évidences, donc, quand mes heals me font part que dis-donc Neli, les coulées de lave de Ryolith, ça serait pas du luxe de les éviter, et bien je ne réponds rien, certes parce que j'aime reconnaître mes erreurs, mais que même si ce n'était pas le cas, avec un sort de ce style qui vous propulse dans les airs, c'est pas la peine, je sais qu'on m'a grillée : en plus d'être vicieuse parce qu'elle semble être à tête chercheuse, cette fichue coulée de lave est une véritable balance... sympa.

    Par conséquent il ne faut pas s'étonner si les heals semblent être des fois les rabats-joie du groupe (j'ai l'impression qu'il y a un plus haut pourcentage chez les druides d'ailleurs, mais ce n'est peut-être qu'une impression ?), il faut se dire que c'est quand même compréhensible, ça ne leur amuse pas vraiment de transformer les espaces entre les touches de leur clavier en rizières à force de transpirer du fait que tout le monde se balade n'importe où et n'importe comment parce que ça veut taper du boss.

    Et puis afficher le compteur des soins prodigués en plus de celui pour dps, ce serait pas de trop, hein ? la reconnaissance un peu ? Les petits chiffres verts, on les a déjà oubliés ?

    Admettons le : en tant que dps, pensons à nos heals en regardant où nous mettons nos pieds, c'est pour ça qu'en ce qui me concerne, je ne m'occupe du compteur que pour savoir si mon dps est correct c'est tout.

    Et paf ! Coulée de lave. Rah zut ! je suis passée troisième !

    Le pouvoir du heal.

    Et oui, c'est vrai que nombreux sont ceux qui ne reconnaissent pas le travail de Mr croix verte (oui, je sais que c'est une croix blanche sur un rond vert, mais je ne vais pas le dire tout le temps, on se comprend) et si celui-ci veut que l'on aie un minimum de considération pour sa personne et bien il lui reste une option qui, bien que simple, se révèle être très efficace, c'est à dire... ne pas (ou plus) healer. C'est un fait, ça refroidit très rapidement les ardeurs de certains, et on aurait presque des regrets quant à ne pas pouvoir voir la tête que tirerait le dps qui, complètement en état de frénésie et n'ayant qu'en vue le compteur, est soudainement ramené à l'ordre par le cri d'agonie de son perso s'étalant par la suite sur le sol avec l'agréable petit encadré bien connu "Libérer l'esprit ?" qui ne manquera pas de lui décrocher la mâchoire jusqu'à son clavier. Et encore, ce n'est pas tout, car pendant qu'il gît, totalement impuissant, il assiste à la torture du compteur, c'est à dire qu'il voir les deux autres dps le remonter en toute tranquillité. Alors bien évidemment, s'en suit quelques réactions du style "Omg, mais qu'est ce que tu fous le heal" (bon, il y a des fois quelques insultes dedans et ce n'est pas forcément écrit en bon français) ainsi que des, si des classes ayant cette capacité sont présentes, "rb rb rb rb" : force est de constater qu'il n'en peut plus, qu'il suffoque, surtout s'il a beau spammer le canal et constater que tout le monde lui fait la sourde oreille.


    Le heal en pvp.

    Autant le dire tout de suite : le heal en pvp est une véritable plaie, un empêcheur de dps en rond ; c'est une sensation atroce que de taper sur un autre joueur, de claquer ses cds et d'avoir l'impression de ne rien faire du tout. Je me dis que d'une certaine manière, c'est peut-être sa revanche sur ce que le dps lui fait subir en donjon, peut être une manière de lui dire "alors, maintenant, tu constates l'ampleur de mon rôle ?".

    Voulant défendre le drapeau de ma faction dans le goulet ou bastion des marteaux-hardis, j'étais toute contente de constater que ceux qui entraient dans la salles étaient seulement deux (super, je devrais faire quelque chose, tsss, la candeur de mes premiers bg). Et bien pas-du-tout, constatant que le dk se faisait soigner, je me suis dit "je vais m'en prendre au heal !" ; sauf que le heal, et bien ça ne lui faisait rien : à mon avis, le prêtre troll devait s'esclaffer en se disant "tiens, marrante cette elfe qui s'obstine".

    Mention spéciale au druide tauren ours assisté de quatre heals... impossible de récupérer le drapeau (et untel casse mon glaçon, on est complètement désorganisés, etc)... des moments où j'aimerais bien voir le canal de la faction adverse, juste pour savoir s'ils en rient ou pas.

    Donc, le heal en bg devient rapidement aux yeux de certains (dont je fais partie) des "casseurs d'ambiance", voir même des tortionnaires quand la barre de vie d'un ennemi qui allait passer de vie à trépas remonte subitement, comme si on voulait nous narguer : ça, c'est vraiment sournois, je me demande si c'est un concours de circonstance où si certains arrivent à remonter les pvs comme ça par calcul et juste pour jouer avec les nerfs...

    Une chose est certaine, si certains font abstractions des petits mécanismes de leurs classes tels les contrôles et les coupes-sorts, les heal en pvp vont leurs faire manger leur clavier à mon avis, ce qui n'est peut être pas forcément une mauvaise chose.

    Peut-être même que certains heals regrettent, quand il vont en bg après quelques dj ennemis, de ne pas retrouver certains dps et tanks en pvp dans la faction adverse afin de leur faire imprimer le potentiel du chiffre vert.

      La date/heure actuelle est Mer 14 Nov - 4:24